Visite improvisée de la Tour Eiffel

Visite improvisée de la Tour Eiffel

Comment se faire rouler par une enfant de 6 ans aurait également pu être le titre de cet article.

Etant provinciale, chaque visite de Paris se révèle être un moment d’excitation et de joie.
Parce que je sais que je vais forcément être satisfaite de mon séjour. Soit par la découverte d’un resto ou d’une expo, par une longue ballade ou encore en faisant du shopping. Quoiqu’il en soit, j’essaie au maximum d’agir comme une parisienne. J’évite au maximum les lieux touristiques, et si par hasard je tourne la tête et que je vois la Tour Eiffel, je souris, m’extasie quelques secondes (parce que bon quand même, elle est impressionnante!), et je continue mon chemin.

Mais ça, c’était sans compter l’oeil tout aussi avisé de ma fille, qui, a la vision de la Dame de Fer, a gentiment émis le souhait a sauté de joie en demandant si on pouvait monter tout en haut. Je suis une maman plutôt cool, et il était hors de question que je refuse un peu de culture à ma fille. Même si elle ne le voit pas encore comme ça, elle est en âge d’avoir des souvenirs, et je trouve qu’il n’y a rien de plus important. J’ai donc acquiescé immédiatement, direction la station de métro Bir-Hakeim.

IMG_7567

Et ni une ni deux, nous nous sommes retrouvées parmi les touristes (bon ok, techniquement, c’est ce que nous sommes aussi…), donnant notre contribution pour agrandir ces longues files d’attente. Ces fichues files que j’aime tant dédaigner esquiver. Au passage, j’en ai profité pour aller sur le site officiel de la Tour Eiffel, histoire connaître les tarifs de cette visite. Ayant déjà fait l’ascension par les escaliers quand j’étais un peu plus jeune, et connaissant ma fille, mon choix s’est vite porté sur une montée en ascenseur, au 2e étage. Coût de l’opération pour elle et moi : 15 euros. Raisonnable. Honnêtement, je m’attendais à beaucoup plus que ça.

Et c’est après 1 heure d’attente depuis le moment où nous avions rejoint la file, que nous avons pu monter dans l’ascenseur. Et c’est la que la magie a commencé à opérer. L’ascension est lente, on a vraiment le temps de profiter. Une halte au 1er étage, puis on repart. Les toits sont désormais tout petits. Une fois arrivées sur la plateforme du 2e étage, je laisse ma fille naviguer, elle fait sa visite comme elle en a envie. Par chance pour moi, les choses qui l’ont intéressées sont 1) la vue sur Paris, et 2) l’architecture de notre hôte. Imaginez ma joie et ma fierté quand elle a reconnu le musée du quai Branly, qu’on avait visité plus d’un an auparavant!

Musée du quai Branly
Musée du quai Branly

Après un parcours sur les différentes plateformes, une pause café/pipi et quelques photos de touristes artistiques (ahah), on a tranquillement pris la direction des escaliers pour descendre, et continuer notre périple parisien.

L’anecdote rigolote : on a fait pipi au 2e étage, et c’était assez drôle de faire ça à des dizaines de mètres du sol, au dessus des promeneurs.

Le gros moins : une café + une bouteille de Cristalline = 7 euros. Aïe!

Enfin bon, c’était plutôt sympa de jouer aux touristes… 🙂

IMG_7665

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *